Riz noir et blanc symbolisant le Yin et le Yang

Le Yin et le Yang dans l'alimentation

Le Yin et le Yang, symbole connu à travers le monde et à travers les âges, qui communique bien le principe des deux polarités opposées cohabitant toujours l’une avec l’autre, en harmonie.

On reconnait leur dépendance réciproque avec le point de la couleur opposée qu’ils contiennent chacun dans leur part : les deux pôles s’attirent mutuellement pour mieux se compléter.

La dynamique naturelle du changement, l’interaction incessante du yin et du yang, est traditionnellement appelée Tao (ou « principe unique »).

La philosophie de ce mouvement consiste en retrouver l’unité perdue à travers la recherche, le jeu d’équilibre entre le yin et le yang.

Pour la Bhagavad Gita, souvent considéré comme un « abrégé de toute la doctrine védique », et qui signifie littéralement "Le chant du Bienheureux", le secret de la vie est aussi d’équilibrer les opposés.

Dans la mesure où nous vivons dans un univers où chaque chose se transforme en son contraire, connaitre les principes et les lois du changement revient à atteindre l’Arbre de Vie, à obtenir la paix parfaite.
Connaitre ces règles ouvre les portes à l’harmonie et à l’ordre.

Ces principes doivent être recherchés dans les choses ordinaires de la vie, comme par exemple dans la nourriture, quand elle est faite de céréales et de légumes, car ces deux aspects existent dans tout être et avoir son yin et son yang en équilibre signifie simplement être en bonne santé.


Certains aspects Yin / Yang

Lunaire / Solaire
Féminin / Masculin
Terre / Ciel
Nuit / Jour
Obscurité / Lumière
Expansif / Centripète
Dilatateur / Contractant
Calme / Excité
Froid / Chaud
Rond / Angulaire
Flexible / Rigide
Potassium / Sodium
Liquide / Sec

Une personne yin a en général une silhouette élancée et fine, ou au contraire est ronde et plutôt pâle (comme l’eau). Elle sera en général calme, pacifique, créative, intuitive, réceptive et sociable, bien qu’elle sache intérioriser
Une personne yang sera au contraire très active, dynamique, portée vers l’action, le rationnel, le matériel. Elle aura un caractère plus sanguin.



L’alimentation Yin-Yang


Les aliments yin

Les aliments yin refroidissent le corps, nous rendent plus volatiles et ont une tendance à nous faire ouvrir, et surtout, à nous disperser.
Émotionnellement et mentalement, ils nous rendent plus passifs, fatigués, et rendent notre concentration plus difficile. On se sent faible, hypersensible, confus face à la vie, et on a tendance à se chercher des excuses, à se considérer comme des victimes. De fait, l’énergie dépressive qui se crée avec ces aliments peut être perçue comme une faiblesse qui attire l’agression.
Ces aliments sont de nature visqueuse, acide : les fruits tropicaux, les repas froids, les boissons fraiches, les herbes aromatiques, les aliments épicés, les médicaments, les drogues, l’alcool, le café, les produits laitiers frais (on peut y intégrer le tofu), le riz blanc, le sucre, les pâtisseries (farines blanches), le chocolat et le vinaigre.


Les aliments modérés

Les aliments modérés, qui nous équilibrent mentalement et émotionnellement, sont les céréales complètes, les fruits secs ou les fruits frais locaux, les légumes locaux et de saison, les légumineuses, les protéines végétales, les pâtes complètes, les graines et fruits secs, les produits fermentés, les édulcorants naturels, les algues.


Les aliments yang

Les aliments yang quant à eux réchauffent, concentrent l’énergie et nous rendent plus pesants, avec un enclin à se fermer, à avoir une pensée étroite.
Émotionnellement et mentalement, ils nous rendent plus rigides, on a tendance à tout vouloir contrôler. On peut être tendus, voire agressifs, et très peu créatifs.

Ces aliments, plutôt épicés et chauds, sont la viande rouge, la charcuterie, les oeufs, les graisses saturées, les pizzas, les condiments très salés (comme le miso) et les fromages à pâte dure.


Constamment manger très yin et très yang entraine des suites de moments déséquilibrés alternant les comportements agressifs et défensifs, basés à la fois sur la violence et sur la peur.

Et grand yang attire grand yin
: consommer un aliment extrême implique de « rétablir l’équilibre » avec un aliment de l’autre extrême. Si l’on consomme régulièrement de la viande et des produits laitiers, il est donc « naturel » de chercher à établir l’équilibre grâce à des épices, du sucre, ou encore de l’alcool.
Notons encore une fois que la viande produit une mentalité rigide et têtue, quand le sucre disperse et embrouille le mental.
La combinaison est littéralement volatile et explosive.

Même si la santé physique n’intéresse pas encore beaucoup de gens, leur santé émotionnelle, mentale et spirituelle peut être un argument pour raisonner plus facilement leur alimentation.

Le simple fait de commencer ce processus améliore la qualité du sang, et ce changement physique insoupçonné facilite l’élargissement du champ de vision, du champ des possibles, et tout caractère excessif perd sa valeur, son intérêt.
De plus, on a une meilleure qualité de sommeil, ce qui, avec une bonne alimentation, produit un meilleur équilibre psychique et physique, et une énergie retrouvée!

 

Quelques exemples d'application

Le mode de cuisson importe aussi dans l’alimentation: le bain-marie est yin, le barbecue est yang.
Pour l’heure du repas, on considère que la nuit, l’hiver, le froid sont yin, et que le jour, l’été, le chaud sont yang.

On peut jouer avec son alimentation en observant que si l’on est dans un état yin, que l’on va consommer quelque chose de yin, on essaiera de le faire à un moment yang, pour être en équilibre.

Autre exemple : le citron, très yin, est parfait pour une personne yang. Si on l’utilise pour une personne yin dont le corps est froid et faible, son corps va encore plus refroidir, sa tension baisser et la personne peut se créer des maladies (digestion difficile, problèmes d’articulations, rhumes, rhumatismes)
Le gingembre et l’ail, bien qu’étant des antibiotiques naturels, sont très yang, et ne vont pas forcément aux gens yang ; ils peuvent faire apparaitre des sensations de chaleur dans l’estomac, de la nervosité, en plus de boutons, de rougeurs et de démangeaisons de peau.

Cette façon de construire son alimentation invite à retrouver l’équilibre entre ces deux forces primordiales en se tournant vers des aliments yang pour alcaliniser, réchauffer et reminéraliser nos corps inflammés et acidifiés par nos habitudes sociétales telles que nous les vivons aujourd’hui.

Un retour à l’attention sur notre corps, les messages qu’il nous transmet avec ses douleurs, ses nausées, ses gonflements, et, plus simplement, avec tout ce qui nous fatigue et nous laisse sans énergie, rend l’expérience complète.

 

Une compréhension vertueuse

Un être humain libre, sain, heureux et paisible, qui comprend cet ordre, peut intuitivement et facilement s’harmoniser avec lui. Il peut lui-même entretenir sa santé et s’assurer une longévité maximale.

Si l’on voit cette approche alimentaire de manière plus macro, on comprend que cet être humain participe à la survie son espèce et à son évolution sur cette planète.

Étant acteur de ses choix, il réduit son ego, diminue ses désirs superflus, se respecte, respecte ce qui l’entoure, et veille à ce que l’énergie de la vie circule librement, en harmonie avec les lois du grand Tout.

🙏