La transition

Si vous avez besoin de changer votre alimentation, faites-le dans la bienveillance pour vous.
Le premier mois d’être un moment de grande attention sur chaque geste, au moment de l’achat, de la cuisine, et du service des plats que vous réaliserez.
La transition est en fait un moment très agréable!

Renseignez-vous

  • Trouvez votre raison de vous nourrir ainsi
  • Mangez assez
  • Profitez de la #veganconnexion pour poser vos questions aux autres! ✌️
  • Trouvez un mentor qui vous conseille et vous booste
  • Faites le vide dans votre cuisine
  • Remplissez vos bocaux de produits végétaux que vous aimez (voir placard de base)
  • Soyez inspirés (ici)
  • Collectez des recettes simples
  • Rassemblez celles que vous saviez déjà faire!
  • Lisez les étiquettes
  • Donnez l’exemple
  • Restez positif
  • (Ré)-apprenez à connaitre votre entourage
  • Identifiez qui sème le trouble dans votre démarche
  • Prenez le temps de toujours l’ajuster (votre démarche)
  • Et rappelez-vous : Le parfait est l’ennemi principal du bien

Expliquer l’alimentation végétale à ses proches

Finalement, le plus compliqué pour véritablement manger uniquement végétal, c’est lorsque l’on est avec des gens qui mangent différemment.

Impossible n’est pas français!

C’est dans le respect de l’autre, et avec la communication que l’on crée un véritable échange, quelque chose de constructif, où le message passe.

On peut prendre le temps d’expliquer :

  • Sur quoi est basée l’alimentation végétale
  • Ce qu’elle exclut
  • Comment l’équilibrer

Lorsque l’on change d’alimentation et que l’on est invité en famille ou entre amis, il est presque recommandé de cuisiner ensemble, ou d’apporter, la première fois, le repas, ou encore, de communiquer ses recettes préférées.
Le plus simple est évidemment à privilégier, pour encourager et montrer que c’est simple, justement.

C’est souvent impossible de manger tout ce que votre hôte prépare car, en voulant bien faire, il fait trop, et trop riche.
Guider, suggérer est une façon appropriée de faciliter la tâche de votre hôte.

Un exemple :
« Je mange tout ce qui est végétal : les légumes, les céréales complètes, les légumineuses, les tubercules, les graines, les noix, les épices et les herbes. Je mange de la crème si elle est faite à base de produits végétaux »
ou encore :
« On peut remplacer toutes les crèmes par des crèmes de soja (que l’on trouve en magasins bios), ou simplement cuisiner à l’huile et avec des épices .»

Facilitez la tâche à votre hôte en apportant par exemple un chocolat noir avec une (très) faible teneur en sucres pour le dessert!

#lisezvosetiquettes

L’article pour remplacer est aussi un lien que vous pouvez directement leur envoyer.

Lors de vos diners mondains, vous pouvez montrer le guide du bienvivant, ou encore cette excellente video de Jihem Doe, avec le magique Docteur Jérome Bernard-Pellet

  • L’alimentation végétale n’est dangereuse que si elle n’est pas bien menée, exactement comme l’est l’alimentation omnivore!
    Elle est plus simple à comprendre et à réaliser que l’alimentation carnée.
  • Elle augmente l’espérance de vie, diminue les risques de maladies coronariennes, les diabètes de type 2, les cancers, etc.
  • Il faut juste veiller à avoir son apport en vitamine B12.
    Pour savoir si vous avez des carences, demandez une analyse de l’acide méthylmalonique dans vos urines.
  • Beaucoup de sportifs de haut niveau (Carl Lewis, les soeurs Williams, Djokovic, par exemple), ou de grands humains comme Joachin Phoenix ont une alimentation complètement végétale (maintenant il y a le documentaire Game Changers pour vous en convaincre).
  • Il faut manger à sa faim.
  • On retrouve les chaines d’acides aminés complètes dans le soja, les cacahuètes, le quinoa, l’avoine, le sarrasin.
  • Le fer se retrouve dans les légumes et les légumineuses. Il faut les manger à sa faim (et les légumineuses toujours combinées aux céréales (voir ici) et maximum deux cuillères à soupe par jour).
  • La vitamine D est absorbée par notre propre peau. Vu l’enfermement que nous vivons dans nos pays occidentaux, une supplémentation est souvent indiquée. (ici)
  • Les acides gras se trouvent dans les oléagineux et les huiles végétales.
  • Il y a un taux de calcium élevé dans les choux, les brocolis, les amandes, les graines de sésame, les figues, le tofu, les eaux minérales enrichies.
  • Les apports journaliers recommandés en omega-3 sont de 1%, et en omega 6, de 4%.
    Ce rapport doit être respecté, or on consomme trop d’omega-6, ce qui fait que ces derniers étouffent les omega-3 parce qu’ils manquent de saturation. Il faut veiller au respect de ce rapport pour une bonne santé.
  • Les gens qui ne mangent que des végétaux fabriquent eux-mêmes l’EPA et le DHA, des omega-3 dits à longue chaine, contrairement aux omega-3 plus courants, les ALA.
    Notre organisme est capable de synthétiser l’EPA et le DHA à partir d’aliments sources d’acide alpha-linolénique (ALA) que l’on retrouve dans les graines de lin, de chia, de chanvre, le soja, les noix, ou l’huile de colza, si on les consomme en quantité suffisante!

Les protéines se trouvent dans les légumineuses, les oléagineux et les céréales.
Les lipides dans les oléagineux et les huiles végétales.
Les glucides dans les légumineuses et les céréales.

La transition est une étape cruciale : mieux vaut aller doucement, pour que le tube digestif ait le temps de s’habituer au changement d’alimentation.

Tout est une question de variété et d’équilibre.